Suppression de la PEC : remise d’une lettre à M Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères

Etienne Barral et Hervé Couchot, Président et Vice-Président de FdM-ADFE de Tokyo, ont profité de la venue de Monsieur Laurent Fabius, Ministre des Affaires Etrangères, pour lui présenter nos propositions vis-à-vis de la suppression de la PEC (la Prise En Charge des frais de scolarité décidée par le précédent gouvernement). 

FdM-ADFE Tokyo a réitéré sa préférence pour le système de bourses de l’AEFE plutôt que pour la PEC, mesure électoraliste prise sans véritable étude des besoins réels des populations expatriées. Nous proposons de reverser au budget des bourses scolaires l’integralité des sommes économisées par l’abandon de la PEC. Ce reversement intégral permettrait d’abaisser le coefficient K (actuellement de 0,25) et de corriger l’augmentation de 0.20 a 0.25 décidée en 2010 par le précédent gouvernement. En effet, cette augmentation pénalise les familles les plus modestes, et certaines familles aux revenus moyens qui ne peuvent plus prétendre à une quotité de bourses en rapport avec leur situation financière. Un coefficient K sensiblement plus bas que l’ancien taux de 0,20 améliorerait de fait la situation de ces familles qui seraient alors les premières bénéficiaires de la suppression de la PEC.

FdM-ADFE Tokyo a également souligné les difficultés rencontrées par de nombreuses familles comptant bénéficier de la PEC pour leurs enfants scolarisés en Seconde – Première – Terminale. Afin de ménager des délais plus importants pour ces familles, FdM-ADFE Tokyo propose d’établir un moratoire qui ne remettrait pas en cause la suppression de la PEC, mais en différerait de quelques mois l’exécution, le temps qu’une concertation élargie soit menée sur les évolutions souhaitables de l’aide à la scolarité à l’étranger.

(Voir la lettre : Lettre a Laurent Fabius.version définitive )

Cet article a été publié dans Adfe-Tokyo, Français du monde - adfe, LFJT. Ajoutez ce permalien à vos favoris.