Le sénateur Richard Yung à Tokyo à la rencontre des Français de Tokyo (7-9 février 2013)

Banquet républicain du 9-2-2013 autour de Richard Yung, sénateur

Banquet républicain du 9-2-2013 autour de Richard Yung, sénateur

Après sa venue précédente en 2011, Richard Yung s’est à nouveau rendu cinq jours au Japon du 7 au 12 février 2013. Au cours de son passage, il a tenu notamment à rencontrer ses compatriotes lors d’une session conférence-débat à l’Ambassade de France ouverte à tous pour présenter le cadre probable de la future réforme de l’AFE (Assemblée des Français de l’Etranger). Très républicainement entouré de deux conseillers AFE de la zone Asie du Nord (René Aicardi en résidence à Hong Kong et Thierry Consigny au Japon) qui ont rappelé l’historique et l’existant de l’actuelle AFE, le sénateur de gauche a dévoilé les grandes lignes du projet de réforme de l’AFE conçue par la Ministre déléguée chargée des Français de l’Etranger, Hélène Conway-Mouret.

A budget constant, dans un cadre de resserrement de budget dans tous les ministères, l’essentiel de la réforme consistera en la création de conseils consulaires. Ils regrouperont de 1 à 9 conseillers en leurs seins selon le nombre d’immatriculés dans le cadre de circonscriptions consulaires (il y aurait un total de 432 conseillers élus à la proportionnelle pour la majorité d’entre eux).

Les prérogatives de ces conseils tourneront autour des questions relatives à la protection sociale, aux bourses scolaires, à l’emploi, à la formation professionnelle, à la sécurité. Il est pour l’instant prévu que ces 432 conseillers consulaires élisent en leur sein 81 conseillers à l’AFE représentant chaque zone géographique. Richard Yung préconise quant à lui comme d’autres sénateurs et comme la plupart des 155 actuels conseillers à l’AFE que ce nombre de 81 soit révisé légèrement a la hausse et que les conseillers à l’AFE soient élus par suffrage direct en même temps que les conseillers consulaires. Cette Assemblée de conseillers (complétée par certains suppléants) regroupera un collège d’environ 500 personnes qui voteront tous les trois ans pour le renouvellement de la moitié des 12 sénateurs des Français de l’Etranger, leur donnant une plus grande assise de voix (plus de details sur le blog de Richard Yung).

Suite à cette présentation, un débat républicain animé s’est tenu où les diverses forces de gauche se sont particulièrement manifestées, défendant notamment par la voix de Matthieu Séguéla, président de Français du Monde-Tokyo, l’importance démocratique de cette réforme (même si des limites existent du fait de budgets contraints en raison de la politique rigoureuse d’économie du gouvernement).

Ces manifestations de soutien à la réforme ont quelque peu détonné avec un pessimisme déclaré du conseiller AFE Thierry Consigny (UMP) craignant à terme une disparition pure et simple de l’existence de ces conseillers à l’AFE.

Le lendemain, samedi midi, grâce aux efforts de son bureau, membres et amis de Français du Monde Japon ont pu participer à un chaleureux banquet républicain autour d’un savoureux shabu-shabu avec Richard Yung et René Aicardi.

Pas moins de 25 personnes avaient répondu présent et ont pu chacun à leur tour poser leur question au sénateur ou exposer les enjeux de leur situation personnelle ou professionnelle au Japon. Dans cette ambiance très conviviale propice à l’échange, Richard Yung a répondu avec détails et franchise sur des questions portant à la fois sur la réforme de l’AFE, sur la réforme des bourses et sur des enjeux locaux comme l’isolement ou les questions liées aux couples mixtes. René Aicardi a pu compléter et préciser certains points.

L’introduction de chacun des participants a permis de se rendre compte de la diversité des profils : certains depuis longtemps au Japon, d’autres, nouveaux arrivants ; certains impliqués depuis longtemps dans le milieu associatif et notamment l’ADFE, d’autres, nouveaux adhérents, voire curieux venus à la rencontre du sénateur et des membres de Français du Monde ; nombreux issus du monde de l’Education et des institutions publiques mais certains également employés du privé; certains Tokyoïtes, d’autres venus de plus loin au Japon.

Cette richesse humaine conjuguée à des courants politiques variés au sein de la Gauche Plurielle est assurément gage de force pour l’avenir de la section Français du Monde de Tokyo et notre sénateur, rappelant son soutien et son écoute permanents, est ressorti ravi de cet échange vivant et pourvoyeur d’idées.

Cet article a été publié dans Français du monde - adfe, Gouvernement français, Sénat. Ajoutez ce permalien à vos favoris.