Pages en partage : « La Désolation : les humains jetables de Fukushima », avec son auteur Arnaud Vaulerin

desolaion_vaulerin« Pages en partage » exceptionnel autour du livre « La Désolation : les humains jetables de Fukushima », avec son auteur, Arnaud Vaulerin

Savez-vous que selon certains experts, l’accident de Fukushima n’est pas encore terminé et que plus de 46 000 ouvriers sont intervenus depuis cinq ans à la centrale de Fukushima-Daiichi ?

Cinq ans après la catastrophe de Fukushima et au moment où le Japon relance avec difficulté ses premiers réacteurs, Français du Monde – Adfe Tokyo vous invite à une rencontre-débat avec le journaliste Arnaud Vaulerin pour évoquer les ouvriers du nucléaire et les perspectives pour les villages des environs de la centrale de Fukushima-daiichi.

A l’heure de choix déterminants pour la transition énergétique, il est nécessaire de s’interroger sur les aspects encore trop méconnus des conséquences de l’accident et de ce qu’ils révèlent sur la société japonaise.

Informations pratiques

Des exemplaires du livre seront en vente lors de la conférence. Il est aussi disponible en e-Book sur le site de l’éditeur. Au Japon le livre est disponible sur commande uniquement, dans les librairies Omeisha ainsi que sur le site de Kikokuniya (délai > 3 semaines).

Date : jeudi 28 avril 2016

Horaire : 19h (ouverture des portes à 18h30)

Lieu : Espace Images – Institut Français

Entrée gratuite. Ouvert à tous.

Plan d’accès : http://www.institutfrancais.jp/tokyo/fr/about/contact/

Nombre de places limitées, inscription conseillée (formulaire ici)

Présentation du livre par l’éditeur

Centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, été 2013 : près de deux ans après le tsunami qui provoqua l’arrêt des réacteurs, l’inondation de la centrale et des explosions en série, sur une terre contaminée, des dizaines de grues, pelleteuses, bulldozers et des milliers de silhouettes anonymes s’affairent pour tâcher de réparer la catastrophe qui a déjà chassé plus de 200 000 personnes de la région du Tohoku. Qui sont ces ouvriers courbés et silencieux, occupés à ramasser les débris radioactifs, la plupart du temps sans combinaison ? Ce sont les sacrifiés, vaste armée de travailleurs précaires venus œuvrer, par patriotisme sacrificiel d’abord, puis par nécessité financière, au démantèlement de la centrale. Isolés dans leur propre pays, méconnus ailleurs, Arnaud Vaulerin les a suivis pendant plus de deux ans.
Souvent sans compétences, sous-payés et broyés par une administration tentaculaire où les sous-traitants sont aussi nombreux que les travaux à entreprendre, ces « gitans du nucléaires » s’exposent à des niveaux de radiations bien supérieurs au seuil maximal sur un site où règnent l’anarchie et la loi du silence. Des villages abandonnés de la côte aux réacteurs irradiés en passant par les bureaux aseptisés de la puissante Tokyo electric power company (Tepco), l’enquêteur est allé à leur rencontre pour découvrir que le pire reste peut-être à venir : niveaux de radiation records, sécurité limitée, travaux effectués à la va-vite, fuites, bricolage et risques médicaux encore méconnus, la catastrophe est loin d’être terminée.
Un grand récit, dans la lignée des Proies d’Annick Cojean – les faits sont établis dans une émotion intense, littéraire ; ce n’est pas un incident ou une enquête, c’est une plongée au pays de la mort, invisible, impensable, et qui guette tant de pays…

Revue de presse pour « La Désolation »

Le JDD, Laëtitia Favro, 7/02/16  : « Plus qu’une simple enquête journalistique, ce document d’une grande intensité s’attache à redonner voix à ceux que l’on voudrait étouffer. « 

Libération, Laurence Defranoux, 27/02/16 : « Une enquête glaçante qui réduit en miettes les discours lénifiants de l’industrie du nucléaire. « 

Sciences et Avenir : Les gitans du nucléaire et autres sacrifiés

Journal du Japon : Fukushima, 5 ans après : des œuvres et des faits

Sur l’auteur

vaulerinArnaud Vaulerin est journaliste et correspondant au Japon pour le journal Libération. Il est l’auteur avec Isabelle Wesselingh, de Bosnie, la mémoire à vif ( Buchet-Chastel, 2003).

Cet article a été publié dans Français du Monde-adfe Tokyo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s